Faire le deuil d’un animal

Bonjour ! 🐶

Un animal prend beaucoup de place dans notre vie. C’est un membre de la famille avec lequel nous partageons des beaux moments. Lorsque nous adoptons un animal, nous savons qu’il ne vivra pas éternellement et qu’il vivra moins longtemps que nous mais bien souvent nous ne sommes pas préparés face à cette perte brutale. En effet, nous vivons 7j/7 avec notre animal, nous nous en occupons alors que ce n’est encore qu’un bébé et nous le voyons grandir, comme un être humain. Il est donc tout à fait normal de ressentir un ras de marée de peine quand celui-ci nous quitte. Bien entendu, lorsque nous adoptons un animal, nous ne pensons pas à cela (heureusement!). C’est lorsqu’il commence à se faire vieux ou qu’il tombe gravement malade que la dure réalité de la vie nous rattrape. Au travers de cet article, je vais vous donner quelques conseils pour essayer de « Faire le deuil d’un animal ». Je me base, bien entendu, sur mon expérience personnelle et m’exprimerai plus spécifiquement sur la perte d’un chien.

Goldie

• Se renseigner sur les animaux •

Tout d’abord, lorsque vous décidez d’adopter un animal, pensez à vous renseigner sur sa durée de vie. D’une part, pour ne pas l’abandonner sur le bord de la route parce que vous vous rendez compte que vous ne pourrez pas vous en occuper pendant 14 ans et d’autre part, pour ne pas avoir la surprise, au bout de 3 ans, de trouver votre animal froid et dur comme de la pierre. Au moins vous saurez à quoi vous attendre. Si vous décidez d’adopter un chien, renseignez-vous également sur la race de celui-ci. Les grands chiens vivent généralement moins vieux que les plus petits car avec la vieillesse ils ont de plus en plus de mal à se servir de leurs pattes arrières. J’ai eu un chien paralysé du train arrière à l’âge de 10 ans, il ne savait pratiquement plus bouger. D’autres perdent l’ouïe ou encore la vue à cause de la vieillesse. Ce genre de choses fait partie des épreuves à vivre et à traverser avec un animal, et nous nous posons souvent la question de savoir quoi faire dans ces moments-là.

SONY DSC

• Se préparer au diagnostique d’une maladie •

Ce que nous espérons toujours lorsque nous adoptons un animal est qu’il vivra le plus longtemps possible et qu’il mourra de vieillesse. C’est comme pour les êtres humains, nous ne souhaitons pas les voir emporter par une maladie. Pourtant cela arrive aussi très souvent chez les animaux et c’est extrêmement dur d’y être préparés parce que ça nous tombe dessus sans crier gare ! J’en ai encore un très bon exemple : il y a 2 semaines, j’ai perdu ma chienne de 7 ans emportée par une grave maladie qui attaque les reins, la leptospirose. Le problème avec certaines maladies comme celle-ci est qu’elles se diagnostiquent bien trop tard et le vétérinaire ne peut plus rien faire à par soulager l’animal en lui donnant des médicaments. Ma chienne prenait 25 cachets par jour… C’est un choix égoïste puisque nous souhaitons plus que tout garder l’animal encore longtemps à nos côtés. Mais, au bout d’un moment, le corps dit stop et la maladie l’emporte. Il faut donc se rendre à l’évidence et faire un choix : le meilleur pour l’animal, le plus dur pour nous. Lorsqu’un animal est gravement malade, nous pouvons choisir de le faire « piquer » par le vétérinaire. C’est un choix extrêmement difficile et douloureux pour nous car nous avons l’impression de tuer notre animal mais il faut apprendre à voir les choses autrement : les médicaments ne font plus effet, notre animal souffre atrocement et souffrira de plus en plus. Il vous restera le temps de lui faire vos adieux en espérant avoir fait le bon choix, n’hésitez pas à vous renseigner auprès du vétérinaire qui vous conseillera et vous aidera dans cette épreuve. C’est toujours dur de voir son animal partir, la plupart de mes chiens ont été piqués et j’essaye à chaque fois de relativiser en me disant qu’ils ne souffrent plus. Le plus dur, pour ma part, arrive après.

goldieandme

• Faire face à la perte d’un animal •

J’ai connu 7 chiens depuis ma naissance et je ne pourrai plus vivre sans, ils animent la maison et lui donnent vie. J’ai de la chance parce que chez moi, mes parents ont toujours adopté des chiens deux par deux (de races identiques ou différentes, une année d’écart entre chaque). Lorsqu’un chien nous quitte, il y a un vide immense parce que chaque chien est différent et à sa propre personnalité. Le fait d’adopter des chiens deux par deux permet d’éviter la solitude même si l’animal restant ne remplace l’animal perdu. J’aime tous les chiens que j’ai pu avoir mais il y en a auxquels je m’étais beaucoup plus attachée car ils étaient plus proches de moi que les autres. L’absence est ce qu’il y a de plus difficile à surmonter. Pour y faire face, je regarde des photographies et surtout j’en parle. Je sais que je ne les oublierai jamais et chacun à sa place dans mon coeur. Même si le temps passe, nous ne les oublions pas et nous nous remémorons les bons moments passés ensemble. Si je peux donner un conseil, ne reprenez pas un animal tout de suite, laissez-vous le temps de digérer tout ça et surtout dites-vous que ce n’est pas parce que vous en adopterez un nouveau que vous remplacerez l’ancien, comme je viens de le dire : « chaque animal est unique ! » Vous adopterez un nouvel animal quand vous vous sentirez prêts.

db1e81cf0bf9c5202e4f554b835f9d24

• Les obsèques d’un animal •

Lorsque votre animal décède, vous pouvez vous renseigner auprès d’un vétérinaire pour être conseillés. Généralement, trois solutions s’offrent à vous :

  • L’incinération : c’est la solution la plus utilisée et la plus simple puisque c’est le vétérinaire qui s’occupe de tout. De plus, vous pouvez choisir entre une incinération individuelle, plus chère mais qui vous permet de récupérer les cendres de votre animal, ou une incinération collective, moins chère mais les cendres seront répandues dans un site exclusivement réservées à cela. Il est possible d’assister à l’incinération de son animal mais je trouve cela très dur à surmonter. N’hésitez surtout pas à demander conseil au vétérinaire. L’incinération collective est le choix fait chez moi. 
  • L’enterrer dans votre jardin : cette solution est compliquée puisqu’il faut respecter de nombreux points : le terrain doit vous appartenir et être suffisamment vaste, l’animal doit peser moins de 40 kg, il doit être enterré au moins à 35m des autres habitations et points d’eau, son corps peut être placé dans une boîte en carton ou un ligne mais surtout pas dans un sac plastique, le trou doit être profond (au moins 1m) et enfin, le cadavre doit être recouvert d’une couche de chaux vive.
  • L’enterrer dans un cimetière animalier :  c’est une solution qui commence à se développer mais elle coûte chère. Néanmoins vous pouvez toujours vous renseigner auprès d’un service de pompes funèbres.

SONY DSC

J’espère que cet article vous aidera, n’hésitez pas à partager votre expérience personnelle par commentaire. 

13 réflexions sur “Faire le deuil d’un animal

  1. Charline dit :

    Cet article me parle. Tu as toujours vécu avec des chiens, j’ai toujours vécu avec des chats. Même une fois que je suis partie de chez mes parents, j’ai attendu moins de 2 ans avant d’avoir une petite boule de poils chez moi. J’ai connu un paquet de chats (une dizaine à nous, plus ceux du quartier), surtout qu’en campagne ils sont plus souvent morts par écrasement (et relativement jeunes) sur la route que par vieillesse ou bien disparaissent parfois (une année, tous les chats de la commune quasiment ont disparu, à priori y’avait un trafic de fourrure à base de poil de chats, beurk beurk).
    Maintenant mon chat a déjà 6 ans mais comme c’est un chat d’appart, elle est toujours là (et son frère qui vit à la campagne chez mes parents est encore là aussi, ainsi que leur mère). Le jour où ma Bambou s’en ira, ce sera dur pour mon homme qui la connaît depuis ses 2 ans et est considéré comme son 2e maître, pour notre fille car en grandissant elle va se créer des souvenirs avec elle, et surtout pour moi qui l’ai vu dès le lendemain de sa naissance, qui l’ai choisie, nourrie au bib quand la maman a commencé à s’essouffler, vu ses 1ers pas, ouvrir ses yeux, grandir, se faire opérer, vacciner, devenir joueuse, curieuse etc.

    En tout cas j’imagine la douleur de la perte d’un chien, c’est une autre sorte d’attachement par rapport au chat, et même si on vit plusieurs décès d’animaux on ne s’y habitue jamais, comme pour la perte de proches humains.

    Bisous !

    J'aime

    • mariemangedesfruits dit :

      On se comprend, c’est pareil pour moi mais avec les chiens, quoique j’ai un chat et j’y suis super attachée (elle dort avec moi, elle me colle très très souvent, elle est toujours là et je m’en occupe beaucoup), je pense que ça sera un gros choc lorsque je la perdrai 😥

      Bisous ma belle !

      J'aime

  2. Soraya dit :

    On minimise souvent le deuil d’un animal, alors que c’est une étape très douloureuse. Ton article est intéressant à lire..

    ps : n’hésitez pas à me follower sur twitter pour qu’on discute de la nouvelle rubrique sur mon blog !
    Contente de te revoir de nouveau sur la blogosphère 🙂

    J'aime

  3. Marianne dit :

    J’ai vu sur instagram que tu avais perdu ton chien… Je suis désolée pour toi. Je n’ai jamais eu d’animal (pcq comme tu le dis avant d’en prendre un il faut bien réfléchir et qu’avec ma mère je voyage pas mal..) mais il m’est arrivé quelque chose. Durant trois semaines un chat venait me voir près de chez moi, il avait faim on lui a donné à manger et au fil du etmps il est venu tous les jours, il avait été adopté par une fille qui avait déjà neuf chats et qui s’en occupait pas du coup le petit chat a été adopté par un collègue de ma mère et quand il est parti j’étais heureuse pour lui et triste car c’était la première fois que j’avais un chat en quelques sortes pour moi je lui avais acheté un jouet, il est même venu dormir à la maison le jour d’avant sa nouvelle vie…

    Ce petit chat me manque mais je suis heureuse pour lui ❤
    Courage à toi ❤

    J'aime

  4. Marie Rose dit :

    J’ai perdu ma petite chienne Lalie à 16 ans … Le deuil a été très long et très douloureux .. Aujourd’hui j’ai 24 ans mais le manque est toujours là … Mais depuis 5 ans j’ai une jolie petite siamoise qui rempli ma vie de bonheur et qui est devenu complément indispensable. Ton article est vraiment super j’ai adoré le lire. Merci de parler de ça !

    http://rose-normande.blogspot.fr

    J'aime

    • mariemangedesfruits dit :

      Merci beaucoup pour ton commentaire ! Comme j’ai pu le dire dans mon article, chaque animal est unique et l’un ne remplace pas l’autre. J’ai eu beaucoup de chien mais aucun n’a remplacé l’amour que j’ai pu avoir pour ceux qui ne sont plus là désormais et je ne les oublierai jamais 🙂

      J'aime

  5. Madeinsunnydale dit :

    On s’attache tellement à nos animaux de compagnie! J’ai mon premier chien depuis un peu plus de quatre ans et je sais que ça me fera beaucoup de peine quand elle ne sera plus là. Récemment, ma meilleure amie à perdue son chien qui avait 19 ans. Elle a grandit avec ce chien et elle ressent un certain vide depuis qu’elle n’est plus là.. Les gens qui n’ont jamais eu d’animal ne peuvent pas comprendre à quel point on les aime nos petits compagnons ❤

    J'aime

Merci de ta visite !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s