Pourquoi je dis « NON » aux cirques avec des animaux

Bonjour ! 🐶

Le cirque se classe comme étant le premier art en France, autant dire qu’il a beaucoup de succès et ce succès il le doit, bien évidemment, aux spectacles réalisés par les animaux. Lorsque j’étais à l’école primaire, nous allions tous les ans au cirque, ce n’est pas anodin puisque les enfants sont le public numéro 1 du cirque et celui-ci compte sur eux pour augmenter davantage son succès. J’y suis retournée il y a 3 ans et j’avoue mettre sentie mal à l’aise à la vue des spectacles réalisés avec les animaux, ça n’avait plus du tout le même charme que lorsque j’étais plus jeune. On a parfois du mal à le croire mais derrière les paillettes, il y a une réalité bien plus dure à admettre.

cirque_7

• Une vie derrière les barreaux •

Je ne cesserais jamais de le dire mais un animal n’est absolument pas fait pour vivre en captivité tout simplement car celle-ci ne répond pas à ses conditions de vie. Dans les cirques, les animaux sont contraints de vivre la majeur partie de leur temps enfermés dans des cages ou enchaînés. Ce milieu leur est parfaitement inadapté puisque les cages sont trop petites, ils ne peuvent rien faire d’autre que de tourner en rond ou dormir. De plus, il leur est impossible de former un groupe social comme ils pourraient le faire dans la nature et cela leur empêche en partie de développer ces comportements qui leurs sont propres dans leur habitat naturel. Les éléphants, qui sont des animaux sociaux, sont contraints de vivre en solitaire alors que les animaux solitaires, comme les tigres, sont eux contraints de vivre en groupe. Il n’y a donc aucun respect de leur condition de vie naturelle et à cause de cela les animaux développent des troubles du comportement qui se traduisent par : des félins ou encore des ours qui tournent en rond dans leur cage, des éléphants qui balancent leur trompe de droite à gauche, des singes qui se battent et tapent contre les cages, des oiseaux qui s’arrachent les plumes, autant de preuves qui nous montrent le réel mal être de ces animaux. Selon I. Hannier, ces troubles du comportement sont des « marqueurs des états de mal être chroniques ». De plus, les cirques ne permettent en aucun cas de maintenir chez les animaux captifs une diversité génétique et des variétés de comportements puisque les naissances ce font généralement entre membres de la même famille et la perte des comportements naturels est quasi totale. Ces animaux  n’ont même plus d’identité à part celle de faire le show. Je vous invite à visiter ce site, Cirques de France, qui est une véritable mine d’or si vous vous intéressez à ce sujet. Vous y trouverez des vidéos et des images de la vie des animaux dans les cirques ainsi que des ressources à lire pour vous documenter.

CIRCUS

• La cruauté du dressage •

Bien évidemment les spectacles ne se montent pas en un claquement de doigt, il faut des heures et des heures de travail et cela vaut aussi pour les animaux. Lorsqu’on assiste au spectacle, on pourrait penser que le dresseur a noué un véritable lien affectif avec ces animaux et c’est peut-être le cas mais bien souvent ces pauvres bêtes sont soumises à un dressage violent qui se base toujours sur un système de récompense-punition. Si l’animal effectue correctement le tour et obéit à son dresseur, il est récompensé par de la nourriture, au contraire s’il n’est pas coopératif, il n’a pas de récompense et se voit infliger des douleurs atroces causées par des instruments de tortures telle que la pique (ou ankus) pour soumettre les éléphants par exemple. Parfois, les animaux sont volontairement affamés pour qu’ils puissent exécuter parfaitement ce que leur dresseur demande. Bien entendu, cette douleur infligée provoque de terribles conséquences sur les animaux : dépression, troubles du comportement, fuite, attaque et agressivité. Si ça vous intéresse, voici le témoignage d’un ancien dresseur d’ours, Vladimir Deriabkine, qui raconte ce qui se passe dans les coulisses du cirque.

tiger

• Vers un cirque sans animaux ? •

En Europe, certains pays ont décidé d’interdire la venue de cirque comportant des animaux (le plus souvent « sauvages ») sur leur territoire. « La Grèce est l’état le plus radical puisqu’aucun animal n’est toléré sous les chapiteaux. L’Autriche a interdit de son côté les animaux uniquement sauvages, tandis que l’Allemagne, le Danemark, la Hongrie ou la Suède ont pris des mesures partielles qui n’interdisent que l’exploitation de certaines espèces. des interdictions existent également en Bolivie et au Costa Rica » c’est ce dont nous informe France Culture dans son émission Pixel que vous pouvez écouter ou lire en cliquant sur le lien. Récemment, la Belgique a rejoint cette liste des pays interdisant totalement ou partiellement les spectacles mettant en scène des animaux « sauvages » dans les cirques. Mais qu’en est-il de la France ? Des interdictions existent mais à l’échelle locale. Le porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot, Christophe Marie, dénonce  « un manque de volonté et de courage politique de l’Etat » et il a totalement raison. Le cirque est ancré dans la tradition française, c’est un peu comme la Corrida, il faudra longuement batailler pour obtenir gain de cause. Les paroles du directeur du cirque Pinder, Gilbert Edelstein, ne font qu’appuyer ce sentiment de révolte : « Les belges viendront en France ! Tant mieux, ça va nous faire des clients en plus. Merci, le roi des Belges ! », déclare-t-il avec humour sous les yeux du lion empaillé qui fait face à son bureau. Après cette phrase, on a tout compris, encore une fois il n’y a que le profit, l’argent qui sont importants peu importe que des vies soient menacées… « Car Gilbert Edelstein en est convaincu : félins, éléphants et singes sont les garants du succès du cirque, ce sont eux qui attirent chaque année plus de 15 millions de français autour des pistes sablées. »

ob_a26488e0db60954a97c2daf9d41f70a6_non-aux-cirques

• Les solutions •

Elles sont peu nombreuses mais elles sont simples :

  • La plus évidente est forcément de ne pas acheter de tickets pour se rendre dans un cirque qui emploie des animaux. Vous pouvez également signer la pétition de la Fondation 30 Millions d’Amis : Pour des cirques sans animaux sauvages.
  • Et bien entendu, vous pouvez vous tourner vers les cirques sans animaux comme le Cirque du Soleil ou le Cirque Plume par exemple. Ces cirques proposent des spectacles à couper le souffle qui sont tout aussi magiques à voir. Je vous laisse une liste des cirques sans animaux : ici.

contre-les-cirques-avec-animaux

Si cela vous intéresse, voici une liste des cirques avec animaux en France ainsi qu’une liste des animaux exploités dans les cirques. Et pour les amateurs d’histoires vraies sur les éléphants de cirque, je vous propose de faire un tour sur cette page.

Aimez-vous les cirques ? Que pensez-vous des cirques sans animaux ? Un cirque sans animaux vous choquerait-il ? 

3 réflexions sur “Pourquoi je dis « NON » aux cirques avec des animaux

Merci de ta visite !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s