10 façons de développer son intelligence émotionnelle

1

Bonjour ! 🐶

J’avais envie d’écrire un article qui me ressemble en ce jour si spécial – c’est mon anniversaire !!! – un article qui va aborder quelques brides d’un travail sur moi-même que j’effectue depuis plus d’un an maintenant. Il s’agit de vous présenter 10 façons de développer son intelligence émotionnelle, en effet j’ai lu dernièrement dans le « Santé Magazine » d’août 2018 (N°512), un article qui aborde différentes façons de vivre en harmonie avec soi-même et avec les autres en apprenant à gérer au mieux nos émotions grâce à ce que l’on appelle l’intelligence émotionnelle. Les émotions que l’on peut ressentir sont bien trop souvent ignorées ou domptées alors qu’au contraire elles sont des sources d’information précieuses pour s’adapter à l’environnement. Elles ne sont ni bonnes, ni mauvaises. C’est la manière de les vivre et de les accompagner qui est positive ou négative. J’espère que cet article vous plaira.

buczna

@buczna

• 1. Enrichir son vocabulaire émotionnel •

Le fait de clarifier ce qui se passe en vous vous aidera à le verbaliser. Savoir et réussir à mettre des mots sur ses émotions est important. Et plus le mot sera précis et juste, plus votre entourage sera apte à vous écouter et à vous comprendre. Par exemple, dire « je vais mal » n’est pas pareil que de dire « je suis agacée, déçue, exaspérée », explique la coach Latifa Gallo. Depuis que j’arrive à mieux décrire ce que je ressens par des mots justes, c’est comme si j’arrivais à mieux  visualiser cette émotion et à l’accepter. Ensuite, j’écris tout ça dans mon carnet, c’est ma meilleure thérapie. Lorsque je ne vais pas bien, savoir mettre des mots sur mes maux est important pour moi et un grand pas pour aller mieux. Bien entendu, il est tout aussi important de mettre des mots sur des émotions positives pour ainsi les ressentir pleinement.

Petit exercice : sur une feuille blanche, souvenez-vous d’une expérience récente, qui vous a perturbé : quels étaient vos pensées, vos émois, vos troubles ? Ecrivez-les, sans vous refréner.

virginie_gini_b 1

@virginie_gini_b

• 2. Accueillir et accepter ses sentiments •

On nous pousse trop souvent à refouler nos émotions. Alors que « Les émotions sont pourtant nos alliées, même si elles nous font souffrir, parce qu’elles nous indiquent des besoins insatisfaits », souligne Latifa Gallo. Elles nous donnent la direction. De plus, cela est très mauvais pour l’esprit et le corps de s’interdire d’exprimer pleinement sa sensibilité. Mieux vaut crier, pleurer ou encore rire un bon coup pour se vider la tête et ainsi se sentir en harmonie. Il faut accepter les émotions que l’on ressent, bonnes ou mauvaises, cela nous permettra de mieux savoir les gérer par la suite.

Petit exercice : pour apprivoiser vos émotions, faites-en le portrait chinois.

elesq

@elesq

• 3. Détecter ses émotions cachées •

On a trop souvent tendance à exprimer une émotion à la place d’une autre (la colère à la place de la peur, la tristesse à la place du dégoût…), dans le jargon psy on nomme cela le « racket émotionnel ». La solution est d’expliquer ce que vous ressentez, d’où l’importance de clarifier et verbaliser vos émotions, et si cela est compliqué à raconter n’hésitez pas à vous reporter à l’émotion racine qui peut être dite.

Petit exercice : listez les émotions qui vous traversent durant une journée. Quelle est celle que vous dévoilez le plus et celle que vous dévoilez le moins ? La seconde est l’authentique.

henn_kim

@henn_kim

• 4. Observer les autres •

Les messages que nous envoyons, verbaux ou non verbaux, ont un impact émotionnel sur l’entourage. Mieux vaut le discerner afin de rester en phase ou d’éviter d’abîmer la relation quand l’autre ne sait pas exprimer son ressenti, ou l’exprime mal, créant des malentendus. Savoir lire le langage corporel à un réel intérêt ici pour comprendre l’autre et aussi se faire comprendre de l’autre car les émotions se manifestent très souvent physiquement. Le langage corporel a une place importante dans la notion de consentement, parfois notre bouche, et notre tête, dit « oui » parce qu’on pense le vouloir, alors que notre corps dit « non ». Un exemple très bien expliqué, qu’il fallait absolument que je case ici, et lu dans cet article l’Huffington Post où la rédactrice, Sandra Lorenzo, illustre le consentement à partir d’une scène tirée de La Belle et la Bête (de Disney) : « Après la fameuse scène du bal, quand Belle et la Bête partagent un moment sur la terrasse du château, ce dernier lui demande si elle est heureuse sans la regarder. « Oui », répond Belle. Quand la Bête s’apprête à lui déclarer son amour, il regarde son visage et se rend compte qu’un voile de tristesse s’est en fait emparé de la jeune femme. Elle s’inquiète pour son père qui vit désormais seul loin du château. Ses mots lui avaient dit qu’elle était consentante, son langage corporel dit l’inverse et il a répondu au langage corporel. » J’ai beaucoup aimé cet exemple et il est important que le corps et l’esprit soient en total accord dans ce genre de situation. Notre façon de se tenir, notre attitude, nos gestes, tout ce langage corporel en dit beaucoup plus que les mots parfois.

Petit exercice : exercez-vous à ce petit décryptage avec des gens de confiance. Peu à peu, cela deviendra naturel.

dvrkshines

@dvkshins

• 5. Multiplier les occasions de vivre du positif •

Le maître mot est : lâcher prise ! Sortez de la routine au moins une journée dans la semaine, déconnectez-vous des réseaux sociaux, éteignez votre téléphone/ordinateur, détachez-vous des contraintes matérielles (horaires, aspirateur, smartphone), pensez à vous et POSITIVEZ !

virginie_gini_b

@virginie_gini_b

• 6. Privilégier l’honnêteté émotionnelle •

Il s’agit de verbaliser l’émotion authentique sans prendre de gants et surtout de ne pas minimiser son ressenti. Dire « ce n’est pas grave » alors que ce n’est pas ce que vous pensez et ressentez peut faire pire car les non-dits s’accumulent, et un jour on explose ! Osez affirmer vos émotions telles que vous les ressentez (grosse colère, réelle frustration, joie intense…), n’ayez plus peur, ne vous cachez plus derrière des non-dits.

Petit exercice : exercez-vous devant la glace. « Je ressens… parce que… avec tel effet sur moi… dans ma vie… » N’hésitez pas également à dire aux gens que vous les aimez. Par exemple, envoyez leur un message/petit mot après avoir passé un bon moment avec eux. Cela renforce la relation.

virginie_gini_b 2

@virginie_gini_b

• 7. S’interdire de « coller des étiquettes » •

« Juger l’autre, c’est porter un jugement sur soi. L’autre est un miroir qui nous renvoie notre part d’ombre. Nous jugeons ainsi une partie de nous que nous rejetons » affirme Latifa Gallo, coach de vie. Coller des étiquettes est réducteur, on en a tous reçu au fil de notre vie et on en a même donné, alors que cela ne définit en rien ce que nous sommes. On nous réduit à un simple qualificatif alors que chacun à de multiple facette. Ne vous laissez pas enfermer dans une seule émotion ni même dans un seul qualificatif réducteur.

clea_lala

@clea_lala

• 8. Savoir recevoir une critique •

Difficile parfois de faire face à une critique et de rester dans l’échange. Evitez de réagir à chaud, prenez un temps de recul sur la situation, respirez un bon coup et exprimez-vous. « C’est votre responsabilité de dire à l’autre ce que sa critique génère chez vous [car] il n’en est pas conscient. Mais rien n’oblige à le faire rapidement, vous pouvez y revenir une heure, deux jours, une semaine après » assure Latifa Gallo. La base consiste à refuser toute critique globale, « tu es nulle ! », en recentrant l’autre sur des faits. Si la critique est justifiée, il faut accepter le désaccord, reconnaître ses torts, écouter l’autre en triant ses émotions à lui, celles sans rapport direct avec le sujet, et exprimer son ressenti calmement. Avant d’énoncer votre point de vue, vous pouvez très bien commencer en disant ces phrases : « lorsque j’entends… je me sens… » Détendez l’atmosphère pour revenir sur de bonnes bases.

alterlier

@alterlier

• 9. Se mettre à la place d’autrui •

Faire preuve d’empathie est une posture qui permet de percevoir intuitivement ce que ressens l’autre, de s’intéresser à lui/elle sincèrement et de le/la comprendre, à ne pas confondre avec la sympathie qui dans sa signification lui donne raison. Le meilleur outil pour apprendre à accueillir l’autre tel qu’il/elle est : l’écoute active en restant sécurisant, c’est-à-dire en reformulant les propos tenus afin de prévenir toute interprétation avec des phrases comme « si j’ai bien compris… j’ai l’impression que… »

Petit exercice : entraînez-vous avec un proche sur un sujet qui l’importe. En 5 minutes chrono, écoutez-le vraiment, sans l’interrompre, en restant concentré.

poetryncolor

@poetryncola

• 10. Savoir (se) féliciter et… pardonner •

Verbaliser le remerciement est important, cela permet de nourrir le besoin de reconnaissance de l’autre mais aussi le sien. Pardonner, même si cela est compliqué, même si cela prend du temps, est nécessaire pour se sentir mieux et soulagée, pour mettre la rancoeur de côté et réussir à trouver la paix intérieure. Bien entendu pardonner ne veut pas dire oublier, on pardonne pour soi-même surtout dans un premier temps, pour se libérer d’un poids, mais ce n’est pas parce que l’on pardonne que l’on fait une croix sur ce qui s’est passé et que tout redeviendra comme avant. Je te pardonne mais je n’oublie rien, on en reste là, chacun continue sa vie de son côté. Pardonner est encore très difficile pour moi, je ne m’en sens pas encore capable. Il y a encore beaucoup trop de blessures ouvertes même si elles sont moins douloureuses, elles sont néanmoins toujours là.

Petit exercice : pour purger de vieilles rancunes et les sentiments négatifs associés, écrivez une lettre, où vous noterez ce qui vous a fait souffrir, les reproches tus, ce dont vous auriez eu besoin. Ne vous censurez pas. Puis jetez la lettre ou brûlez-la. Quand vous serez prête, vous pourrez parler à la personne, le coeur apaisé (ceci n’est pas une obligation mais une aide).

Arrivez-vous à gérer vos émotions ? Avez-vous des astuces pour y arriver ? Avez-vous déjà entendu parler de l’intelligence émotionnelle ? Cet article vous aidera-t-il a gérer davantage vos émotions ? 

8 réflexions sur “10 façons de développer son intelligence émotionnelle

  1. Limistic dit :

    Holà ! Je suis ravie de lire ton article, tu me sembles beaucoup plus épanouie et en phase avec toi même à travers ses lignes, ça fait du bien de te découvrir cet article qui est très intéressant ! Des bisous xx

    J'aime

Merci de ta visite !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s