Giulia Enders, Le charme discret de l’intestin

38124124_10217035503382737_3830857506565914624_n

Bonjour ! 🐶

L’été dernier j’avais dû lire 3 pages de ce livre, alors c’était un pur plaisir de me replonger dedans cette année. Je l’ai trouvé vraiment intéressant, j’avais déjà appris plein de choses dès les premières pages de ma lecture – par exemple comment bien faire caca haha. L’auteure nous explique, sur le ton de l’humour mais également avec une pointe de sérieux et des croquis (dessinés par sa soeur), l’importance de l’intestin, cet organ mal aimé, dans notre corps. Si vous souhaitez en apprendre un peu plus sur notre deuxième cerveau, je vous le recommande ! En attendant voici mon avis sur ce bouquin.

• Résumé de la 4ème de couverture •

20ENDERS-facebookJumbo-v2

« Surpoids, dépression, diabète, maladies de peau… et si tout se jouait dans l’intestin ? Au fil des pages de son brillant ouvrage, Giulia Enders, jeune doctorante en médecine, plaide avec humour pour cet organe qu’on a tendance à négliger, voire à maltraiter. Après une visite guidée au sein de notre système digestif, elle présente, toujours de façon claire et captivante, les résultats des toutes dernières recherches sur le rôle du « deuxième cerveau » pour notre bien-être. C’est avec des arguments scientifiques qu’elle nous invite à changer de comportement alimentaire, à éviter certains médicaments ainsi qu’à appliquer quelques règles très concrètes en faveur d’une digestion réussie. Irrésistiblement illustré par Jill Enders, la soeur de l’auteure, voici un livre qui nous réconcilie avec notre ventre. Succès surprise, Le Charme discret de l’intestin s’est vendu à plus de un million d’exemplaires en Allemagne et sera publié dans une trentaine de pays. »

Le livre se divise en 3 parties bien distinctes :

  1. Le charme discret de l’intestin
  2. Le cerveau d’en bas
  3. La planète microbienne

• Le charme discret de l’intestin •

gut-image

Dans cette première partie, on découvre sans complexe quelle est la meilleure position pour faire caca, la meilleure consistance, couleur et forme de nos excréments mais également le rôle de chaque organe de notre corps lorsque l’on s’alimente et lors de la digestion. Giulia nous donne des conseils pour contrer les douleurs, la mauvaise haleine entre autre, elle cite toujours ses sources et n’hésite pas à nous exposer les différentes expériences et recherches menées scientifiquement et prouvées au fil des années. On en découvre davantage sur le rôle de l’intestin et tous les organes qui l’entoure, un véritable travail de Titan. Il est également intéressant d’avoir des renseignements sur ce qu’est l’intolérance au gluten, lactose et fructose. Parfois avoir mal aux intestins peut provenir d’un aliment que l’on ne supporte pas, c’est toujours bien d’en être informés.

• Le cerveau d’en bas •

intestin

Dans cette deuxième partie, nous suivons le voyage de la nourriture du moment où l’on pose notre regard dessus, en passant par la bouche et pour finir jusqu’au terminus. Nous en apprenons également encore un peu plus sur le rôle de chaque organe lorsque l’on se nourrit, lorsque l’on digère mais également lorsque l’on ne fait rien. Dans cette partie, l’auteure répond à certaines questions que l’on s’est déjà posé au moins une fois : pourquoi a-t-on la nausée ? Pourquoi vomi-t-on ? Comment ça se passe à l’intérieur de notre corps lorsqu’on vomi ? A quoi est due la constipation ? Bien entendu, elle nous livre des astuces et des conseils pour éviter ce genre de désagrément en n’oubliant pas de citer ses sources et de nous glisser quelques expériences scientifiques sous le nez. C’est également dans cette deuxième partie que nous découvrons ce lien qui existe entre le cerveau et l’intestin. En effet, l’intestin abrite son propre cerveau, il n’est donc pas toujours obligé de demander l’autorisation au cerveau d’en haut et peu faire sa tambouille de son côté. De plus, le cerveau d’en haut, à lui une sorte d’agent de sécurité, il ne filtre donc pas toutes les demandes que lui envoie l’intestin par exemple. Nous apprenons également que la dépression, le stress, l’angoisse, ne seraient pas uniquement dus à ce qui se passe dans notre tête, et donc dans le cerveau, mais plutôt à ce qui se passe dans notre intestin comme par exemple un aliment que l’on digère mal ou encore une flore intestinale fragile. Notre humeur peut provenir de là. Elle préconise l’hypnose pour nous aider à nous en débarrasser ainsi que tout un tas d’autres conseils et informations à découvrir lors de notre lecture pour savoir si notre intestin fonctionne bien. Le « moi » se formerait d’ailleurs avant tout dans notre intestin ! On devrait alors reformuler la citation de Descartes comme cela : « Je ressens, de sorte que je pense, donc je suis ».

• La planète microbiene •

Jill-Enders3

Dans cette troisième et dernière partie nous faisons la connaissance de nos sous-locataires, c’est-à-dire les différentes bactéries, bonnes ou mauvaises, qui habitent notre corps. L’auteure nous renseigne sur la façon dont notre système immunitaire combat les mauvaises bactéries, comment elles se retrouvent là également, et surtout comment fait-il pour ne pas confondre les bonnes bactéries des intrus. C’est tout une technique et on apprend aussi que certaines mauvaises bactéries arrivent au fil du temps à développer des techniques de camouflage pour élire domicile dans notre corps. Elle aborde également le rôle de la flore intestinal, enrichit toujours notre savoir d’une ou plusieurs expériences scientifiques ainsi que les recherches menées au fil du temps et qui finissent un jour où l’autre par aboutir sur une découverte importante. On apprend que nous ne sommes pas tous égaux en ce qui concerne notre système immunitaire, nous avons tous nos propres bactéries. Je me suis vachement intéressée au paragraphe sur le virus du chat, toxoplasma gondii, et je suis ravie d’en avoir appris plus sur le sujet. C’est intéressant je trouve de s’intéresser aux virus que l’on peut attraper au cours de notre vie, savoir s’il nous sera facile de nous en débarrasser ou non, savoir s’il faut que l’on prenne absolument des antibiotiques pour en guérir, par exemple pour un léger rhume il n’est vraiment pas utile d’en absorber, ça vous ferait plus de mal que de bien. Je terminerais avec ce passage du livre qui résume parfaitement cette troisième partie : « Vues du microscope, les bactéries sont de petits points lumineux sur fond de ténèbres. Mais toutes ensemble, elles sont plus que cela : c’est une véritable communauté que chacun d’entre nous héberge. La plupart de ses membres sont tranquillement installés dans les muqueuses et donnent des cours au système immunitaire, prennent soin de nos villosités intestinales, mangent ce dont nous n’avons pas besoin ou fabriquent des vitamines. D’autres sont logés à proximité des cellules intestinales, les piquent de temps en temps ou fabriquent des toxines. Quand le bon et le mauvais vivent en bonne intelligence, le mauvais peut nous rendre plus forts, et le bon prendre soin de nous et de notre santé. »

• Mon avis •

giulia-et-jill-enders-elles-ont-trouve-le-bon-tuyau,M357592

Giulia arrive littéralement à nous plonger dans un ouvrage scientifique rien qu’en y ajoutant de l’humour et en personnifiant nos organes et leurs habitants. On comprend alors tout d’un claquement de doigt. C’est ce qui m’a tout de suite plu dans ce bouquin et qui facilite alors la lecture. Chaque page est intéressante, je me suis sentie comme une scientifique à la fin. Ce qui m’a donné avant tout envie de lire ce livre c’est tout ce mystère autour de l’intestin, cet organe mal aimé, et ensuite la première de couverture qui laisse entendre qu’on ne va pas s’ennuyer durant notre lecture. Ce qui donne de la force à ce bouquin c’est avant tout l’humour qui s’en dégage et pourtant c’est un ouvrage très sérieux et scientifique. Même si ce livre peut en rebuter certains à cause de son épaisseur (il compte environ 330 pages), je vous assure qu’il se lit vite. En tout cas, je suis ravie d’en savoir plus sur mon corps, mon intestin, ma flore intestinale, mon système immunitaires et mes bactéries que j’abrite.

Connaissez-vous ce livre ? L’avez-vous lu ? Avez-vous aimé ? 

8 réflexions sur “Giulia Enders, Le charme discret de l’intestin

  1. Polina dit :

    Je n’ai toujours pas lu ce livre pourtant il m’intéresse beaucoup, d’autant que je souffre depuis des années de problèmes digestifs sévères et quotidiens. Je vais certainement finir par le lire, peut-être y trouverais-je des réponses que les spécialistes ne m’ont pas encore apportées…

    J'aime

  2. Manon dit :

    Bon ok c’était peut être pas le meilleur moment pour lire ton article (je suis entrain de manger) mais c’était très intéressant ! Je me suis toujours demandé si ça valait le coup de le lire ou pas ! J’ai le syndrôme du colon irritable donc tout ce qui peut me faciliter la vie je prends !

    J'aime

Merci de ta visite !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s